Immobilier : baisse des taux et hausse du pouvoir d’achat !

Cette fin d'année 2017 semble être propice à l'achat immobilier. Une baisse des taux est à signaler pour les prêts immobiliers. Conséquence de cette tendance : le pouvoir d'achat des primo-accédants (comme des autres d'ailleurs) augmente. De nombreuses villes françaises sont concernées par ce mouvement. 

Les taux des prêts immobiliers diminuent encore

La baisse des taux immobiliers de l'été 2016 est encore dans toutes les têtes. Les records atteints par les faibles taux d'intérêts ont véritablement poussé les achats immobiliers. Les emprunteurs ayant déjà franchi le pas ont également été nombreux à renégocier leur taux. Si la tendance est légèrement repartie à la hausse depuis, une nouvelle baisse est à signaler ces dernières semaines. Le mois de novembre et même décembre 2017 pourraient toujours être synonymes d'achat immobilier. Un beau cadeau avant noël vous ne trouvez pas ?

La conséquence directe de cette tendance est une augmentation du pouvoir d'achat sur le marché de l'immobilier. Les professionnels du secteur l'observe dans de nombreuses villes de l'Hexagone dont Montpellier, Toulouse, Le Mans, Dijon, Le Havre ou encore Rennes. Pour les futurs acheteurs, le résultat se traduit par des mètres carrés supplémentaires pour le même prix ! Si les villes françaises ne vous font en revanche pas rêver, vous avez aussi la possibilité d'investir en Floride car la conjoncture est également favorable.

La baisse des taux n'est pas synonyme de baisses des prix de l'immobilier. Au contraire même, ils ont la faucheuse habitude d'augmenter. Une diminution des taux permet néanmoins de compenser cette hausse.

N'oubliez pas de couvrir votre crédit !

Que vous ayez envie d'acheter dans l'ancien ou dans le neuf, dans les deux cas, il est fortement conseillé de souscrire une assurance emprunteur. Certaines banques exigent même cette protection. Il faut dire qu'elle est plutôt rassurante pour l’organisme prêteur. 

En cas d'impossibilité de remboursement (invalidité, perte d'un emploi, etc.), c'est l'assurance de prêt qui prend le relai. Attention tout de même aux conditions générales du contrat car ce type de protection ne couvre pas toutes les situations. Pour les individus souffrant d'un risque aggravé de santé, vous pouvez toujours solliciter la convention AERAS.