Quel est le véritable coût d’un prêt ?

Si les particuliers, les entreprises, les associations ou toute autre entité remplissent toutes les conditions requises par les banques, alors ils sont libres de souscrire un crédit bancaire.

Cela peut être un crédit à la consommation ou un prêt immobilier, un prêt personnel ou autres, mais tous ont un coût. Et souvent, il est plus important comparé à notre estimation. En plus du versement annuel que vous devez vous acquitter, il y a en effet différents types d’intérêts à payer. Le coût total du prêt correspondra donc au montant que vous empruntez, plus les intérêts que vous paierez. C’est le fameux Taux Effectif Global ou TEG, figurant dans les mentions obligatoires de ce type de contrat. Le crédit peut vous faire gagner de l’argent ou améliorer votre qualité de vie. Peu importe le motif de l’emprunt, il est primordial de choisir une formule adaptée à votre situation.

Les coûts à prendre en compte

Au moment de la souscription, l’établissement bancaire un taux d’intérêt nominal. C’est l’équivalent en pourcentage du taux d’intérêt réel dont vous vous acquitterez. Cette donnée ne sera pas suffisante pour effectuer une comparaison des offres de crédits et moins encore pour le calcul du prix de revient réel du crédit. Les autres facteurs à considérer sont les frais de dossiers, les frais liés aux garanties ainsi que les primes d’assurances.

Les frais d’assurance emprunteur, exigée dans tout prêt immobilier seront ajoutés au coût de votre prêt. Il est estimé entre 0,1% et 0,6 % du montant du prêt, si vous avez moins de 65 ans au moment de l’emprunt, et plus encore au-delà de cet âge. Certains établissements emprunteurs peuvent exiger d’autres types d’assurance que vous pourrez effectuez auprès de votre propre assureur.
Les frais de dossier, représentant généralement jusqu’à 1% du montant financé sont aussi inclus. Ils peuvent être fixes ou non selon l’établissement. Vous devez vous en acquitter d’ailleurs que le crédit soit accordé ou refusé. Après, il y a les frais annexes, relatifs aux coûts engagés par la banque et non au crédit, mais la plupart sont d’ordre fiscale dont les frais d’enregistrement, de notaire, timbres fiscaux. Il est possible de négocier les chiffres avec votre banquier ou en sollicitant un courtier en crédit immobilier.

Le TEG

Comme il est mentionné plus haut, le TEG ou taux effectif global est le coût total de l’emprunt, incluant ceux des différents éléments et du taux d’intérêt. Il faut néanmoins noter que la valeur du TEG dépendra aussi de la durée du crédit. Cette dernière, divisée par les coûts fixes permet d’obtenir le pourcentage approximatif afin de comparer les offres dans leurs globalités. En plus des facteurs déjà cités, il y a aussi les frais de garantie PPD, hypothèque ou Caution externe, type crédit logement, Saccef et les frais d’acte du notaire liés aux garanties à calculer. Selon la garantie de la mise en place, ces frais sont compris entre 0.6% et 2% du montant prêt immobilier sollicité.
Ils ne sont peut être pas intégrés, mais les frais de mainlevée environ 0.7% du prêt initial, Le remboursement d’une partie de la caution crédit logement ou encore les frais de remboursement anticipé 3% de pénalité doivent être aussi pris en compte.
Lorsque vous sollicitez un crédit immobilier ou d’autres types d’emprunts bancaires, prenez en compte tous ces paramètres qui conditionneront le coût réel de votre crédit. Plus la durée du crédit est longue, plus le coût est élevé car le taux d’intérêt est souvent élevé dans ces cas alors que vous devez payer sur une plus longue période. Même si les mensualités sont faibles, il revient cher par rapport à un crédit d’une durée plus courte. Pensez à évaluer et à calculer toutes les donnes.

Post Author: jerome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *