A qui confier la gestion de son patrimoine ?

Gérer un patrimoine peut être fait par plusieurs types de professionnels venus de différents domaines : financiers, juridiques, etc. En effet, on peut confier cette tâche à un notaire, un conseiller indépendant, une banque, une société de gestion particulière, un agent général, etc. Encore faut-il savoir ce qu’on peut recevoir de ces professionnels et où se limitent leurs services. Il faut aussi savoir qu’il n’y a pas de seuil précis concernant la valeur patrimoniale qu’on puisse léguer entre les mains d’un gestionnaire. Dans tous les cas, ce type d’activité ne cesse de s’évoluer.

Un marché qui n’est plus réservé aux experts en finance

Depuis des années, gérer un patrimoine fut principalement une mission gardée par les banques. Désormais, il n’y a plus que les établissements bancaires qui se partagent cette mission, mais aussi d’autres professionnels venant d’autres domaines. Les conseillers en gestion de patrimoine indépendants en sont des exemples. Ce sont des experts généralistes qui ont réalisé de gros efforts d’organisation et d’autodiscipline.

Il y aussi des professions plus traditionnelles qui ont pris une part du marché de la gestion de patrimoine. Ce sont les notaires ou les assureurs.

Mais quel que soit le domaine le plus maitrisé par ces professionnels, ils sont tous capables d’établir des bilans patrimoniaux et de donner des conseils en gestion de patrimoine. Néanmoins, concernant la gestion directe des fonds, elle est réservée aux sociétés de gestion de portefeuille et aux banques.

Choisir son mode de gestion

La gestion de patrimoine est divisée en deux grands types dont la gestion conseillée et la gestion sous mandat.

Dans le premier cas de figure, l’entreprise peut toujours avoir la main sur ses fonds. Le gestionnaire donne juste des conseils. Le donneur d’ordre est libre de trancher pour toutes les transactions qu’on lui propose comme bon lui semble.

Dans les banques, la gestion conseillée est généralement réalisée dans le cadre d’une « convention de services ». C’est une sorte de contrat qui stipule que l’établissement s’engage à mettre à la disposition de son client un conseiller et à lui fournir les renseignements de base.

Dans le second cas de figure, il y a plus de règlementations. Il y a même un article de loi qui régit la gestion sous mandat. En effet, l’entreprise cliente doit confier ses fonds à un tiers. C’est ce dernier qui s’occupera de la gestion financière. Dans le contrat, il doit avoir une durée du mandat, les objectifs du donneur d’ordre, le mode de rémunération et les moyens d’informations mis à la disposition du client.

Quel que soit l’intermédiaire auquel l’entreprise se confie, les gestionnaires de ses fonds font toujours partie d’une compagnie d’assurance ou d’un groupe bancaire.