Assurance obsèques : les points à vérifier

Prévoir le financement de ses obsèques est une démarche courante qui permet de se rassurer tout en soulageant ses proches. Lors de la souscription d’un contrat d’assurance obsèques, il est important de vérifier certains points essentiels. On vous explique tout ce qu’il faut connaître pour signer en toute sécurité.

Le fonctionnement d’un contrat d’assurance obsèques

Le principe du contrat d’assurance obsèques est de provisionner un capital qui servira lors des obsèques de l’assuré. Au moment de la signature du contrat, l’assuré choisit le montant qu’il souhaite garantir. Généralement, les montants sont compris entre 1 000 € et 5 000 €, même s’ils peuvent aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le choix peut être fait d’un contrat en prestations, c’est-à-dire qu’un devis est établi sur la base des demandes de l’assuré par rapport aux prestations qu’il désire. Le capital à assurer correspondra alors à ce montant. La somme détermine ensuite le montant des cotisations que l’assuré devra verser.

L’assuré peut régler les cotisations de différentes manières. La cotisation peut être versée en un règlement unique, lors de la signature du contrat. C’est ce qu’on appelle le “versement d’une prime unique”. Le règlement peut également s’effectuer en plusieurs versements, avec une fréquence à définir : une fois par an, pas semestre, par trimestre ou par mois. On vous parlera du “versement d’une prime temporaire”. Enfin, le versement d’une prime viagère est fondé sur le principe d’un versement régulier jusqu’au décès de l’assuré. Son avantage est que les cotisations sont moins élevées que pour la prime temporaire. Quand c’est possible, le plus intéressant reste le versement unique de la cotisation lors de la signature du contrat.

Les points à vérifier lors de la souscription à un contrat d’assurance obsèques

L’âge et la situation de l’assuré

Les compagnies d’assurance imposent un âge maximal permettant de souscrire à un contrat d’assurance obsèques. Il est généralement fixé entre 80 et 85 ans. Cet âge limite peut aussi être différent selon le type de versement choisi. Plus l’âge du souscripteur est avancé, plus la cotisation risque d’être élevée. À l’inverse, si le contrat est souscrit tôt, les cotisations risquent d’être versées à perte.

Les frais et la revalorisation du capital

Les frais prélevés par l’assureur ainsi que l’absence de revalorisation du capital peuvent avoir pour conséquence un capital versé insuffisant pour couvrir les frais d’obsèques. La compagnie d’assurance a l’obligation d’informer l’assuré annuellement.

Le délai de carence et les exclusions de garantie

Certaines situations ne sont pas couvertes par l’assurance obsèques. C’est le cas si le décès de l’assuré survient par maladie dans les deux, trois ou parfois quatre mois après la souscription, selon les contrats. Certaines causes sont systématiquement exclues des garanties comme, par exemple, le suicide.

La possibilité d’un “rachat” du contrat

Votre contrat doit impérativement mentionner si un rachat est possible, en totalité et partiellement. Il doit préciser le montant des frais.

Le délai de versement du capital

Il faut savoir que les délais annoncés au contrat sont valables à partir du moment où le dossier est complet. De nombreux justificatifs étant nécessaires, il est courant que le capital prévu soit versé bien après les funérailles.